HOME

Atahualpa Yupanqui (Hector Roberto Chavero Haram) - Repères biographiques 1908-1992

(dernière mise à jour : 23/05/2017)


Atahualpa Yupanqui, pseudonyme d'Hector Roberto Chavero Haram, est un poète, écrivain, guitariste, compositeur et interprête, considéré comme le plus grand représentant du folklore argentin. Né le 31 janvier 1908 dans la pampa argentine d'un père criollo et d'une mère basque, il révèle très tôt une passion pour la guitare et la poésie. Il compose sa première chanson "Camino del indio" en 1926 et entame sa véritable carrière d'artiste pour être reconnu en Argentine au début des années 1930. Censuré dans son pays pour son appartenance au parti communiste (1945-1953), il effectue une tournée en Europe en 1949-1950 qui se termine par un récital à Paris avec Edith Piaf. Alors que son succès devient international et après 3 tournées triomphales au Japon, il revient en Europe en 1968 et s'établit de manière quasi-définitive à Paris. Voyageur infatigable, il donne des concerts dans le monde entier jusqu'à mort à Nimes à l'âge de 84 ans, le 23 mai 1992. Atahualpa Yupanqui laisse derrière lui une oeuvre poétique et musicale considérable de près de 1500 compositions, dont certaines, standards du folklore argentin, sont reprises depuis plus de 70 ans par de nombreux artistes.

« Je suis un chanteur d’arts oubliés, qui parcourt le monde pour que personne n’oublie ce qui est inoubliable : la poésie et la musique traditionnelle d’Argentine. Un désir profond existe en moi : être un jour la trace d’une ombre, sans aucune image et sans histoire. Etre seulement l’écho d’un chant, à peine un accord qui rappelle à ses frères la liberté de l’esprit ». Atahualpa Yupanqui, mai 1989 (dans "La Palabra Sagrada", créée à l'occasion du bicentenaire de la Révolution Française).

Ci-dessous les grandes étapes de la vie d'Atahualpa Yupanqui. Ses disques, livres et récompenses sont détaillés dans les autres pages de ce site et la colonne de droite n'en mentionne que quelques-uns en les complètant de nombreux exemples de concerts (voir également quelques affiches ici). Le nom d'Atahualpa Yupanqui est utilisé par commodité dès les premières années mais ce pseudonyme n'apparaîtra qu'en 1934.



Année Vie privée Vie artistique

31/01/1908

Naissance

  • Naissance d'Hector Roberto Chavero Haram le 31 janvier 1908 à Campo de la Cruz, un lieudit de Juan A. de la Peña, dans le district de Pergamino, au nord-est de la province de Buenos Aires. Atahualpa est le fils d'un père criollo et d'une mère basque.

  • Père : José Demetrio Chavero est un criollo de sang quechua, né en 1879 à "Monte Redondo" à 100 km de Santiago del Estero. Il a grandi dans la même province, à Loreto. Son ancètre était Diego Abad Martín Chavero, menuisier arrivé a Tucumán 300 ans plus tôt. Le père d'Atahualpa est décrit comme un gaucho nomade, grand et maigre, qui ne fume pas et ne boit pas, qui joue de la guitare, élève des chevaux et aime la lecture. Après son mariage, il entre dans les chemins de fer et deviendra chef de gare de 3ème catégorie, la plus pauvre. Son métier l'amènera à souvent déménager avec sa famille et ses 2 caisses de livres.

  • Mère : Higinia Carmen Haram, originaire de Otaegui dans la province basque de Guipuzcoa, née le 11 janvier 1886 et arrivée en Argentine avec son père.

  • Frère et soeur : Maria del Carmen Chavero, l'aînée, née le 5 mai 1905 et Demetrio Alberto, le plus jeune, qui naîtra le 2 février 1911.


 
 
1911 1912 1918
pampa

1908-1916

Enfance, Junin, apprentissage du violon et de la guitare

  • Peu de temps après la naissance d'Atahualpa, la famille quite Juan A. de la Peña (Pergamino) pour s'installer à Agustín Roca, au milieu de la pampa, à 15km de Junin.
  • Atahualpa est passionné très jeune par la guitare de son père. Ce dernier préfère l'inscrire à des cours de violon à 7 ans (1915) avec le père Elifio Rosaenz, violoniste, pianiste et compositeur qui a créé à Junin le Conservatoire Musical et y dirige un orchestre. Les cours s'achèveront quand le professeur surprendra son élève en train de jouer une vidala avec son violon.
  • Son père finit par céder, mais pour l'inscrire à des cours de guitare classique à 8 ans (1916), avec Bautista Almirón, concertiste et professeur de guitare à Junin (et dont la fille Lalyta sera une guitariste prodige). Atahualpa découvre alors un nouvel univers musical et cet apprentissage sera déterminant pour l'avenir.

1917-1919

Adolescence, découverte de Tucumán

  • Voyage de 4 mois à Tucumán en août 1917. La famille s'installe à Muñecas, près de Tafi Viejo, à 15 km de San Miguel de Tucumán, où le père d'Atahualpa avait travaillé quelques années auparavant.
  • C'est à Tafi Viejo qu'Atahualpa fait la connaissance de Don Anselmo Dionisio, un vieil "indien" qui lui apprend le nom des arbres en quechua.
  • Retour à Agustín Roca en 1918.
  • Premières lectures, découvre les livres de son père, comme le "Parnaso Argentino" ou le "Martin Fierro".

1920-1928

Junin, Entrée prématurée dans la vie active et baptême artistique à Buenos Aires

  • A la demande de son épouse Higinia, le père d'Atahualpa obtient sa mutation à Junin pour permettre aux enfants de suivre leurs études secondaires.
  • Décès (suicide) du père d'Atahualpa le 14 novembre 1921.
  • Atahualpa devra alors effectuer différents travaux pour faire vivre sa famille. Il travaille notamment au journal El Mentor pendant 2 ans comme correcteur puis au journal La Verdad où il publie des articles. Il fait de la boxe dans le club Firpo, joue également au tennis.
  • Effectue en 1923 son premier voyage à Buenos Aires.
  • Atahualpa souhaite reprendre les cours de guitare avec Bautista Almirón à son retour à Junin mais le professeur a déménagé à Rosario en 1919 pour y fonder une académie de guitare.
  • A 13 ans, en 1921, écrit à l'école une monographie des 12 incas qu'il signe du surnom de "Yupanqui". Commence à jouer de la guitare dans des clubs, notamment de football.
  • 14 Septembre 1923 : le match de boxe Firpo-Dempsey motive son premier voyage à Buenos Aires et constitue son baptême artistique. Le duo Chavero-Enrique Almonacid se produit ainsi pendant la rediffusion radio du match. Atahualpa espère prolonger le séjour en trouvant d'autres opportunités mais repartira à Junin après la défaite de Firpo.
  • 1926 : écrit sa première chanson à l'âge de 18 ans, Camino del Indio, chanson inspirée par le décès de Don Anselmo, l'indien de Tafi Viejo qui lui racontait de vieilles histoires en 1917.
  • 1927 : duo Chavero-Páez (avec Juan Carlos Franco Páez)
 
1920 1928 1930
Humahuaca

1928-1932

Buenos Aires, Mariage, voyages dans le Noroeste, premiers contrats de guitariste

  • Atahualpa arrive de Junin à Buenos Aires en juin 1928 avec une recommandation du journal La Verdad pour les journaux La Fronda (journal conservateur où il ne fera qu'un passage de quelques mois) et Crítica (contact : le tucumano José Ramon Luna).
  • S'installe en 1929 à Buenos Aires avec sa cousine Maria Alicia Martínez, la fille de Pablo Martínez et Rosa Chavero, la sœur du père d'Atahualpa. Maria a 7 ans de plus qu'Atahualpa et un fils depuis 1923, Juan Bautista (« Tolo »). Atahualpa est souvent absent et effectue plusieurs voyages dans le Noroeste argentin : Jujuy, quelques semaines à Humahuaca, 2 mois en Bolivie où il rencontre les mineurs, Salta, Tucumán, Santiago del Estero...
  • Mariage avec Maria Alicia le 13 avril 1931 alors que cette dernière est enceinte de sa fille Alma Alicia, qui naîtra le 28 juin 1931 à Urdinarrain (Entre Rios).
  • Le couple déménage à Rosario de Tala (Entre Rios) à la demande de Maria. Atahualpa fait la connaissance de Cipriano Vila et de Climaco Acosta (dont il parle dans "Sin Caballo y en Montiel)
  • Crée un petit journal de 4 pages "La Voz del Tala".
  • Après un passage par Santa Fé, s'établit pour une courte période à Rosario. Il y travaille au journal El Popular, dirigé par un radical, Manolo Rodríguez Araya. Atahualpa sera notamment chargé d'écrire la nécrologie de Bautista Almirón, son professeur de guitare (B. Almirón, décédé en 1932).

  • Trouve du travail en dehors du centre de Buenos Aires, dans les boliches de Puente Alsina, Boedo, Avellaneda, dans la peña Andres Ferreyra créée par des amis radicaux, où il joue gratuitement.
  • Septembre 1930 : une semaine après le coup d'Etat d'Uriburu, Atahualpa est à Metan (Salta) avec José Solis Pizarro. Il va donner son premier concert dans la bibliothèque du village et fait la publicité lui-même en distribuant une centaine de prospectus avec son nom et le lieu. Il y aura une soixantaine de personnes (qui paieront 1 peso).
  • Vers 1930 à Buenos Aires : plusieurs contrats de guitariste d'accompagnement pour l'enregistrement de disques ou pour des concerts : avec les Trovadores de Cuyo (Hilario Cuadros), le groupe bolivien de Felipe Rivera, le duo Jaimes-Molina (notamment au Théâtre Smart avec Blanca Podestá dans "Vincha Celeste"), le Duo Calchaqui de Manuel Acosta Villafañe...
  • En 1931, contrat de courte durée avec Radio Soler de Santa Fé.
  • En 1932 à Rosario, forme un duo avec Angel Gandino, le duo "Gandino-Chavero".
  • La même année, passe au théâtre "La Comedia" de Rosario avec l'orchestre d'Enrique Santos Discépolo.

1932-1933

Exil en Uruguay

  • Atahualpa est dans la province d'Entre Rios au moment (janvier 1932) de la "révolution" avortée des frères Kennedy et partage leurs idées. Recherché par les autorités, il décidera après quelques mois de s'exiler en Uruguay (probablement de mai 1932 à courant 1933). Son épouse Maria retourne à Junin.
  • Une loi d'amnistie permettra le retour d'Atahualpa en Argentine (loi 11.626 du 27/09/1932 - publiée au JO le 11/10/1932 - amnistiant les délits politiques ?)
  • Naissance de leur 2ème enfant, Atahualpa Roberto, le 11 janvier 1933.
  • Joue dans des écoles et des bibliothèques uruguayennes pendant son exil.

1934-1935

Retour d'exil, Santa Fé, Rosario, Hector Roberto Chavero devient Atahualpa Yupanqui, commence une carrière de soliste à Buenos Aires

  • S'installe brièvement à Santa Fé au retour de l'exil et fait la connaissance de Rodolfo Borzone, fondateur avec Juan Carlos Dávalos de la Cofradia, dont Atahualpa recevra le titre de "Caballero de orden del poncho".

  • Retourne ensuite à Rosario
  • Voyages à Tucumán en 1934-1935, se lie d'amitié avec Felipe Santiago Chocobar et va voir les Hermanos Díaz (Soco et Cachilo) à Salavina.
  • Au début des années 1930, rencontre à Tucumán l'ethnologue Alfred Métraux et l'accompagne dans le Noroeste jusqu'en Bolivie.
  • Contrat avec LT9 Radio Roca Soler à Santa Fé
  • A Rosario, reprend son duo avec Angel Gandino (duo "Gandino-Chavero")
  • Egalement à Rosario, forme le "Cuarteto Los Indios" avec Angel Gandino et les soeurs Chazarreta (Delia et Maria, cette dernière sera remplacée ultérieurement par Blanca)
  • Début 1934, contrat avec LT1 Radio Litoral (qui deviendra Radio Nacional de Rosario) avec Angel Gandino puis en tant que soliste : 1ère apparition dans la revue "Caras y Caretas" du 27/01/1934 sous le nom d'Atahualpa Yupanqui, "excelente intérprete de música indigena que actúa con gran éxito por L.T.1. Radio del Litoral"
  • Juillet 1934 : Concert à l'école Normale n°3 de Rosario avec un programme où apparaît désormais le nom d'Atahualpa Yupanqui et non plus celui de Chavero.
  • A Tucumán en 1935, concerts à la Biblioteca Alberdi et au Club central Córdoba
  • Contrat avec LV12 Radio Aconquija de Tucumán qui durera jusqu'en 1943. C'est cette radio qui inspirera en 1941 le nom du groupe "Aconquija" avec Atahualpa et d'autres guitaristes dont le jeune Eduardo Falú, alors âgé de 18 ans.
  • En avril 1935, alors à Rosario, Atahualpa est sollicité par la Caisse d'Epargne pour un concert anniversaire à LR9 Radio Fenix de Buenos Aires. Ce récital sera suivi de plusieurs contrats avec des radios de Buenos Aires où Atahualpa débute comme soliste : Radio Fenix, Radio Municipal, Radio El Mundo, cette dernière étant inaugurée en novembre 1935.

1936-1938

Les premiers disques, Córdoba, Cerro Colorado

  • Naissance du 3ème enfant d'Atahualpa, sa fille Lila Amancay le 29 avril 1936.
  • Publication d'articles dans la revue Sintonia les 7 mars et 30 mai 1936.
  • Hospitalisation de l'épouse d'Atahualpa, Maria Alicia, à Cosquín début 1937 pour une suspicion de tuberculose. Elle y restera quelques mois. Les trois enfants sont répartis dans la famille.
  • Atahualpa s'installe à Córdoba pendant près de 2 ans (1937-1938), d'abord dans une pension de la calle Palestina puis dans un appartement de la calle Nueve de Julio. Il décide de quitter Maria en décembre 1937.
  • Avec Luis Huidrobo et Felipe Chocobar, parcourt en 1938 les Vallées Calchaquies à dos de mule pendant 40 jours.
  • La même année, parcourt la province de Córdoba avec Enrique Gomez Molina en proposant des séances de cinéma qui se terminent par un récital d'Atahualpa. Il découvre à cette occasion le site de Cerro Colorado, à 150 km au nord de Córdoba, où un habitant - Eustasio Barrera, père de Patricio Barrera "El Indio Pachi" - lui offre un terrain en remerciement de ses concerts privés (Eustasio est paralytique et Atahualpa vient jouer chez lui). Il construira une maison sur ce terrain qu'il nommera "Agua Escondida" et qui deviendra son refuge (aujourd'hui un musée).
  • Débute une relation avec Modesta Alvarez Soto de Wiaggio, passionnée de musique et de folklore, surnommée « Cachorro » fille d'un patriarche de Jujuy. Atahualpa fait sa connaissance lors d'un de ses voyages à Tucumán. Cachorro vient régulièrement à Cordoba et ouvrira à Atahualpa les portes de la bourgeoisie provinciale et des milieux musicaux.

  • Le 20 juillet 1936 : Premiers enregistrements de disques 78 tours - les 3 disques "Odeon Mangruyo" - dans le cadre de l'Agrupacion Tradicionalista El Mangruyo de Rosario. Le financement est assuré par la Yerba Nectar dont le directeur est Romildo Risso.
  • Le nom d'Atahualpa Yupanqui comme auteur et compositeur apparaît sur les disques d'autres artistes : Maria Alina Ezcurra enregistre "Camino del Indio" avec son groupe Alpazumaj en 1936 (disque RCA Victor 38022); Martha de Los Rios enregistre en 1937 "Siempre (disque RCA Victor 38220).
  • 31 août 1937 : récital au Théâtre Smart de Buenos Aires, en première partie de Gloria Bayardo
  • Mi-1938 : série de récitals chez LV2 Radio Central de Córdoba puis à Rio Cuarto, Alta Gracia, Cosquín et La Falda
  • Septembre 1938 : récital à l'hôtel Termas de Rosario de La Frontera (reportage et photos dans la revue Antena du 17/9/1938, repris brièvement dans Caras y Caretas une semaine plus tard).
 
1930 1936 1940
Cerro Colorado

1939-1945

Tucumán, nombreux disques et premier livre

  • Atahualpa déménage de Córdoba à Tucumán (calle 25 de Mayo) en 1939.
  • Se lie d'amitié en 1940 avec Isabel Aretz, disciple de Carlos Vega, qui vient poursuivre ses recherches à Tucumán.
  • Fait la connaissance de Lia Valdez, professeur de piano et fille d'un pharmacien de Concepción, qui tombe amoureuse d'Atahualpa en 1939. Ils se voient régulièrement à partir de 1940 et vivront ensemble à Cocuna puis dans un ranch isolé dans la montagne à Raco (Tucumán) de 1942 à 1945, ranch construit avec l'aide de son ami Felipe Chocobar. Lia Valdez sera déshéritée par sa famille car vivant avec un guitariste "gauchiste". De cette union va naître une fille le 25 août 1943, Quena del Valle Valdez.
  • Rencontre en 1942 à Tucumán Antonieta Paula Pepin Fitzpatrick, surnommée "Nenette", née le 9/4/1908 à Saint-Pierre et Miquelon et arrivée avec sa famille en Argentine en 1928. Nenette est une pianiste concertiste et Atahualpa est venu l'écouter. Ils maintiendront une correspondance à partir de cette date, se reverront au printemps 1944 et vivront ensemble à Buenos Aires à partir de 1946.
  • Arrivée à La Rioja le 27 avril 1939 sur invitation du gouverneur de la province, Hector de la Fuente, pour une série de récitals de guitare. Y restera 2 mois (Le 5 juin 1939 paraît l'article dans le journal La Rioja « Atahualpa Yupanqui se encuentra en la Cordillera »).
  • Contrat avec LV7 Radio Tucumán en 1940
  • Contrat avec Odeon et enregistrements de 4 chansons le 5 mars 1941 (2 premiers disques de la série Odeon 900). Atahualpa passera ensuite chez RCA Victor pendant 3 ans (1942-1944) avant de revenir chez Odeon en décembre 1944, de manière quasi-exclusive jusqu'à la fin des années 1960.
  • Récitals en 1941 avec le groupe Aconquija (accompagnement par des guitaristes dont Eduardo Falú)
  • Récital à Córdoba le 6 juin 1941 au Théâtre Rivera Indarte, dans le cadre de la « semaine de Córdoba ». Atahualpa met en scène une danse pratiquement inconnue, le Carnavalito, avec des jeunes de Jujuy et Córdoba. Sera repris 2 ans plus tard à Buenos Aires, au théâtre Presidente Alvear.
  • Le 10 juin 1941 sort le premier livre d'Atahualpa, "Piedra Sola",Poemas del Cerro, édité par Editorial Riba y Compañía de Jujuy.
  • Fait 13 passages chez Radio Agricultura de Santiago du Chili à l'été 1942, ainsi qu'un concert au théâtre Cervantés de la même ville.
  • Premiers enregistrements de disques chez Victor (qui deviendra RCA Victor) le 25 septembre 1942. Les enregistrements vont se poursuivre jusqu'en 1944 et ne reprendront qu'en 1968 chez RCA Madrid.
  • Récital à Tucumán à la Caja Popular de Ahorros en octobre 1942.
  • Commence à faire enregistrer et déposer ses partitions chez Buccheri, qu'il signe "Atahualpa C. Yupanqui" (C pour "Chavero") au début des années 1940.

1945-1948

Adhésion au PC

  • Adhésion au Parti Communiste le 1er septembre 1945 à l'occasion du meeting du PC au Luna Park de Buenos Aires. Atahualpa publiera par la suite de nombreux articles dans les journaux du parti (Orientación et La Hora) et notamment les fameux articles sur le "Malón de la Paz" en juillet et septembre 1946 (Runa Allpacamaska" - "l'homme est la terre qui marche" puis "Hermano Kolla"). Ces éléments vont amener les Autorités à conseiller aux radios et journaux d'éviter Yupanqui, un premier pas vers la véritable censure.
  • Déménage début 1946 de Tucumán à Buenos Aires, Calle Chile 942, 7ème étage, où il vit avec Nenette.
  • Rencontre Pablo Neruda au Chili en 1947 et séjourne chez lui.
  • Tournée début 1946 avec des récitals dans les provinces de Santiago del Estero et de Tucumán
  • Récital le 1er juin 1946 à la Bibliothèque du « Consejo de Mujeres » Charcas 1145 à Buenos Aires
  • Récital le 22 octobre 1946 au Cine Teatro Opera de San Luis
  • Récital le 28 novembre 1946 aux Ambassadeurs (de Figueroa Alcorta)
  • Le 16 décembre 1946, sortie du 2ème livre d'Atahualpa "Cerro Bayo" (chez Editorial Problemas, éditeur lié au PC), livre qui sera dix ans plus tard le scenario du film "Horizontes de Piedra" dans lequel Atahualpa aura un rôle et fera la musique du film.
  • Le 15 mars 1947, sortie du 3ème livre, Aires Indios, publié à Montevideo, Uruguay.
  • Récitals au Chili de mai à juillet 1947 : Auditorium de Radio Nacional de Minera à Santiago, à l'Université de Concepción, pour une radio de Valparaiso, à La Serena...
  • En octobre 1947, récital à l'hôtel Eden de Villa Ojo de Agua (Santiago del Estero). Il en profite pour aller voir les Hermanos Díaz à Villa Salavina et y fera la connaissance de Santiago Ayala, "'El Chucaro".
  • Termine l'année 1947, le 5 décembre, par de nouveaux enregistrements de disques chez Odeon, qui seront les derniers avant la période de censure qui va suivre.

1948

Censure

  • Cette période marque le début de la censure d'Atahualpa Yupanqui du fait de son appartenance active au PC. Il ne pourra plus enregistrer de disques jusqu'en 1953. Les quelques concerts de 1948 seront privés ou organisés de manière discrête. Les oeuvres d'Atahualpa ne pourront plus être diffusées ni son nom prononcé.
  • Naissance de Roberto "Kolla" Chavero, fils unique d'Atahualpa et de Nenette, le 8 septembre 1948.
  • Le 10 janvier 1948, récital au Fed. Soc. Gallegas, situé Chacabuco 947 à Buenos Aires et lié au PC
  • le 31 janvier 1948, retour à Radio El Mundo
  • Le 23 février 1948, récital au ciné Victoria
  • Le 17 avril 1948, concert privé chez Mme Esther G. de Makaroff, où Atahualpa va être arrêté par la Section Spéciale avec les 20 personnes présentes. Il sera rapidement libéré car il s'agit d'un concert privé.
  • Concert au Coliseo Podesta de La Plata le 18 août 1948
  • Sortie du 4ème livre d'Atahualpa, Tierra que Anda, le 5 novembre 1948, une publication chez l'Editorial El Anteo de Buenos Aires, éditeur lié au PC.

1949-1950

L'exil en Europe

  • Ne pouvant travailler dans son pays, Atahualpa décide de partir clandestinement en Uruguay en 1949 et y donnera quelques concerts avant de partir pour près d'un an en Europe de l'Est, voyage organisé par le PC argentin, du 25 août 1949 au 20 juillet 1950.
  • Après 40 heures de vol et des escales à Dakar, Lisbonne et Genève, Atahualpa arrive à Paris le 25 août 1949 mais n'y reste qu'une journée. Il part pour 10 mois de concerts en Tchécoslovaquie puis en Hongrie et enfin en Roumanie.
  • Il termine sa tournée à Bucarest début mai et attend sans trop y croire un visa des autorités françaises pour séjourner à Paris.
  • Le visa finalement obtenu, il revient à Paris le 31 mai 1950. Il attendra le 24 juin pour avoir une première opportunité de concert organisé par ses amis communistes, Paul Eluard, Louis Aragon et son épouse Elsa Triolet. C'est chez Paul Eluard qu'il rencontre Edith Piaf.
  • Atahualpa repart en Argentine plus tard que prévu le 20 juillet 1950.
  • En Uruguay, récitals au Teatro Florencio Sanchez de Paysandu le 26 mai 1949 puis au théâtre 18 de Julio à Montevideo les 8 mai, 24 juin et 1er juillet 1949,
  • Septembre-octobre 1949 : 16 récitals en Hongrie, à Budapest : Maison de la Culture, Bibliothèque centrale, Académie Nationale de Musique, Institut Ethnologique, grandes industries de la capitale et voyage de 4 jours à l'intérieur du pays.
  • Le 11 septembre 1949, enregistre 6 disques sous le label Tonalit
  • Décembre 1949 : récitals à Sofia, en Bulgarie : salle du Comité des Arts, salle "Bulgarie"
  • Mars 1950 : récitals à Bucarest, Roumanie : centre culturel Dalles.
  • Juin et juillet 1950 : 4 récitals en France dont 3 à Paris (Maison de la Pensée Française, salle Pleyel et théâtre Athénée avec Edith Piaf) et un à la Maison du Peuple de Lens.
  • Après le succès du récital du 7 juillet (Edith Piaf donnera l'intégralité de son cachet à Atahualpa), enregistrements de disques 78 tours chez BAM (Boite à Musique) et Chant du Monde.
  • Reçoit le Prix de l'Académie Charles-Cros de Paris pour le meilleur disque en langue étrangère en 1950.

1951-1953

Fin de la censure, "naissance" de Pablo del Cerro

  • Poursuite de la censure en Argentine jusqu'au début 1953: Atahualpa est arrêté en février 1951 par la Section Spéciale et subira des tortures, comme l'écrasement de sa main droite par une machine à écrire (mais les policiers ne savaient pas qu'Atahualpa était gaucher).
  • il est encore en prison à Buenos Aires quand il reçoit en Europe le prix Charles Cros du meilleur disque, voire en mai quand est publié le livre « Preguntas sobre Dios» qui reprend en français le texte de la chanson "Preguntitas sobre Dios".
  • Atahualpa, qui se sent manipulé, s'est éloigné du PC dès 1951. Il mettra officiellement fin à son adhésion par un communiqué dans le journal La Prensa le 8 juillet 1953.
  • Sous le pseudonyme de Pablo del Cerro - Pablo est le masculin de son 2ème prénom, Cerro est une allusion à la maison de Cerro Colorado - Nenette va signer à partir de 1953 la musique de nombreuses chansons d'Atahualpa. Parmi les 57 chansons que j'ai pu recenser (voir liste des enregistrements), on trouve par exemple en 1953 "Chacarera de Las Piedras" et "El Vendedor de Yuyos", en 1954 "El Alazan", etc.
  • 23 février 1953 : reprise des éditions de disques Victor (rééditions)
  • 5 juin 1953 : reprise des enregistrements de disques Odeon (et réédition de la série 900)
  • 6 juillet 1953 : concert au Cine Monumental de Buenos Aires
  • 2ème semestre 1953 : nombreux concerts après l'abandon du PC : à Tucumán, Catamarca, La Rioja, Salta, Aguilares, Santiago del Estero...
  • Contrat avec Radio Splendid pour 3 émissions par semaine, premier passage à la télévision (Canal 7) dans l'émission "Los caminos de mi tierra" (réservée aux quelques privilégiés ayant la télévision à l'époque)

 

 
1945 1968 1972
Edith Piaf - 1950

1954-1963

Vie artistique en Argentine

  • Atahualpa, Nenette et Kollita déménagent début 1956 de la calle Chile au 1641 calle San Benito de Palermo (entre l'hippodrome et l'hôpital militaire de Buenos Aires).
  • L'artiste a retrouvé une vie "normale" en Argentine et va y rester pour son activité artistique jusqu'à fin 1963. Il subira encore longtemps des critiques, tant de la part des Autorités voyant en lui un élément subversif que des partis d'opposition et des communistes qui lui reprocheront son abandon du parti.
  • Décès de la mère d'Atahualpa le 12 octobre 1962 à Junin.
  • Mariage civil avec Nenette le 1er août 1962 à Tlaxcala au Mexique (la loi argentine ne reconnaît pas le divorce et Atahualpa est toujours légalement le mari de Maria Alicia Martínez).
  • En 1954, récital au théâtre Astral de Buenos Aires avec Santiago Ayala ("El Chucaro") et Los Chalchaleros
  • 15 novembre 1954 : publication du 5ème livre d'Atahualpa, "Guitarra", Editions Siglo Veinte Buenos Aires.
  • Nombreux passages à la radio : Radio Nacional, LR3 Radio Belgrano, Radio Splendid, Radio El Mundo, Radio Rivadavia.
  • Concerts à la Peña la Provinciana de Buenos Aires, au Club Atletico de San Isidro, au Jockey Club de Córdoba, au teatro Solís de Montevideo, au Teatro El Circulo de Rosario, au Festival Folklorique de Rosario, au Teatro Presidente Alvear de Buenos Aires...
  • Reconnaissance internationale : plusieurs émissions consacrées depuis le début des années 1950 en Suisse et en France à Atahualpa (Radio Sottens en Suisse, émission de Robert Jean Vidal en France...), traduction de livres, publication des disques en Europe et au Japon.
  • En 1956, Premier Prix du festival de Karlovy-Vary (Tchécoslovaquie) pour la musique du film Horizons de Pierre (film tiré du livre Cerro Bayo)
  • Enregistrement de disques chez Antar-Telefunken en Uruguay (1957).
  • Tourne le film "Zafra" de Lucas Demare en 1959.

1964-1967

La carrière devient internationale

  • Reprise des voyages à l'étranger, avec une année 1964 qui va s'avérer exténuante: 2 mois au Japon de janvier à mars, passage au Maroc en avril, voyage en Colombie en juillet et récitals en Argentine, notamment à Córdoba, en Août.
  • Oedème pulmonaire en août 1964 à Buenos Aires, dans son appartement de San Benito de Palermo. Atahualpa profitera de la période de repos qui suivra pour écrire son livre autobiographique El Canto del Viento
  • 2ème voyage au Japon en avril-mai 1966
  • 3ème voyage au Japon de mai à juillet 1967 suivi d'un séjour au Chili
  • Arrivée au Japon (Tokyo) le 13 janvier 1964 pour 45 concerts dans tout le pays : Tokyo, Nagoya, Yokohama, Kyoto, Marioka, Akita, Misawa, Hiroshima, Osaka (dernier concert de la tournée le 7 mars)
  • Concerts au Maroc en avril 1964 : Salle du Municipal de Casablanca le 23 avril puis concerts dans d'autres salles de la ville ainsi qu'à Tanger, Marrakech et Fès
  • Concerts en Colombie en juin-juillet 1964 : théâtre municipal de Cali, Popayan et théâtre El Colon à Bogota
  • 21 au 23 août 1964 : concert au Teatro Rivera Indarte de Córdoba
  • 2 juin au 1er juillet 1965 : Teatro Astral de Buenos Aires (concert qui fera l'objet d'un disque)
  • Octobre 1965 : publication du 6ême livre d'Atahualpa : "El canto del viento", premier livre autobiographique, éditions Honneger.
  • Honneger annonce à cette occasion le 7ème livre "'El Payador Perseguido" (Le disque correspondant était déjà sorti en 1964) mais cette édition n'a pas vu le jour. Il faudra attendre 1972 et l'édition de Cia Gral Fabril Editora.
  • Janvier 1966 : participation au festival de Cosquín.
  • Avril-mai 1966 : 2ème voyage au Japon avec 33 concerts programmés dans tout le pays
  • Janvier 1967 : premier prix du Festival de Cosquín
  • mai-juillet 1967 : 3ème voyage au Japon, le plus long (70 jours), enregistrement d'un disque chez Crown Records, seul disque enregistré au Japon
  • Juillet 1967 : concerts au Chili, à Viña del Mar et Santiago (Teatro Windsor, Université Nationale et récital télévisé).

1968-1971

Voyage en Europe et installation à Paris

  • Une proposition de contrat avec la télévision espagnole est l'occasion pour Atahualpa de revenir en Europe.
  • Il arrive à Madrid fin mars 1968 et enregistre l'émission de télévision dès son arrivée. Il louera par la suite un appartement Plaza de la Moreira 7.
  • A Paris, où il arrive le 1er avril 1968, il loge d'abord à l'hôtel Select, place de la Sorbonne.
  • Il va rapidement s'installer en France dans un appartement du 14ème arrondissement de Paris, rue Cassini, de fin avril 1968 à fin 1970.
  • Après un court passage rue Saint Dominique, déménagera dans le quartier Plaisance, au 125 rue Raymond Losserand début 1972. Il conservera cette dernière location jusqu'à son décès en 1992.
  • Enregistrement de disques chez Le Chant du Monde en France à partir de 1968, série "Le Nouveau Chansonnier International, 13 LP de 1968 à 1981
  • Reçoit pour ces disques le Prix de l'Académie Charles-Cros de Paris pour le meilleur disque en langue étrangère en 1968 et 1969
  • Grand prix du disque de la revue Ondas en Espagne fin 1968
  • Enregistrement d'une émission pour la télévision espagnole les 28 et 29 mars, dès son arrivée en Espagne.
  • Concerts de 1968 principalement en Espagne et en France : Paris, Barcelone, Madrid, Bordeaux, San Sebastian, La Corogne, Bilbao, Séville, mais aussi à Bruxelles, en Israël et au Maroc (septembre) puis séjour aux Canaries en novembre. L'année se termine par une série de récitals au Théâtre Renaissance de Paris, 3 jours par semaine du 18 décembre au 11 janvier.
  • 1969-1971: nombreux récitals en France, en Espagne, en Suisse, invitation de la BBC à Londres en mars 1969.
  • Série de récitals en Argentine en 1971 avec notamment le fameux récital du Teatro Presidente Alvear de Buenos Aires (1er au 4 juillet) où le succès est énorme. La revue Folklore titrera sur le "retour d'un monstre sacré"
  • 1971 : publication du "Sacrificio de Tupac-Amaru" étrenné au théâtre Regina de Buenos Aires en septembre de la même année (enregistrement à la cathédrale de Buenos Aires publié en France par Chant du Monde en 1978.
 
1974 1982 1990
Mains

1972-1977

Confirmation du succès international

  • Atahualpa maintient son organisation précédente. Il poursuit son activité de manière intense en France et dans les pays limitrophes tout en se rendant régulièrement, 2 fois par an en moyenne, en Argentine.
  • 4ème voyage au Japon en novembre 1976.
  • Atahualpa est hospitalisé à Madrid du 17 au 24 octobre 1977 pour un oedème pulmonaire.
  • A partir de 1976 et jusqu'en 1983, la situation politique en Argentine limite à nouveau la diffusion des oeuvres d'Atahualpa Yupanqui.
  • Nombreux concerts en France, Espagne, Suisse, Argentine...
  • Festival de Cosquín en janvier 1972 : la scène principale du festival reçoit le nom de Atahualpa Yupanqui.
  • 1er Voyage au Mexique en septembre 1972
  • Voyage au Pérou au 1er trimestre 1974
  • Théâtre de la Ville du 4 au 11 mars 1974 et du 19 au 30 avril 1977
  • 18 concerts au Japon en novembre 1976
  • Publie en Espagne son 8ème livre "Del algarrobo al cerezo" en 1977, récit de son voyage au Japon (qui avait déjà fait l'objet d'articles dans la revue argentine Folklore)
  • Concert salle Montaigne à Toulouse avec Pedro Soler (guitariste flamenco) en première partie.

1978-1979

3 amis, 3 guitares

  • Mariage civil avec Antonieta Paula Pepin Fitzpatrick ("Nenette") le 3 janvier 1979 (rendu possible par le décès - le 8 octobre 1977 - de la première épouse d'Atahualpa, Maria Alicia Martinez)
  • 19 au 24 janvier 1978 : partage la scène du Théâtre des Champs-Elysées à Paris avec Oscar Caceres (guitare classique) et Pedro Soler (guitare flamenco) pour une série de récitals "3 amis, 3 guitares"
  • Cette collaboration va perdurer dans une série de récitals en 1978 et 1979 (salle Pleyel en juin 1979)
  • En dehors des concerts, Atahualpa est fréquemment invité sur les plateaux de télévision.
  • 14 et 15 février 1979 : concert "Bajo la Cruz del Sur" à Córdoba, Argentine.

1980-1988

Activité soutenue, 1ère tournée aux Etats-Unis

  • Mai 1987 : A l'approche de ses 80 ans, Atahualpa décide de créer la Fundación Atahualpa Yupanqui (FAY). La maison de Cerro Colorado, "Agua Escondida", deviendra ultérieurement un musée. Il déclare au journal Clarín le 13 mai 1987 (trad. libre) :"la fondation sera à Cerro Colorado... ce sera un site pour les amoureux de l'écologie, de la nature, de la botanique, des langues anciennes. En définitif un fait culturel dans une zone éloignée de tout et un chant d'amour très personnel à la tradition. J'attends beaucoup de tout cela. Peut-être, quand je ne serai plus de ce monde, ce modeste centre d'idées pérpétuera d'une certaine façon mes pensées, mes sentiments”.
  • La FAY est présidée de 1987 à 1991 par Nenette puis par Eduardo Gomez Molina jusqu'en 2002. Depuis 2003, c'est Roberto "Kolla" Chavero, le fils d'Atahualpa et de Nenette qui en est le Président. La "casa-museo" (maison-musée) de Cerro Colorado est gérée par Emiliano Chavero, le fils de Roberto.
  • Problèmes de santé : nouvel oedème pulmonaire au printemps 1985 puis infarctus en novembre 1988.

 

  • De 1980 à 1985 enregistrement et publication de disques Microfon Argentine.
  • Nombreux concerts en France, Espagne, Suisse, Allemagne, Argentine...
  • 1980: concerts au Mexique en mars, Printemps de Bourges en avril, Italie en août (remise du prix "Tenco 80" à San Remo), Buenos Aires en octobre et novembre (Cine Teatro Broadway, Biblioteca Popular de Olivos)
  • 1981 : Iles Canaries en février, 1ère tournée au Brésil en août, Colombie en novembre
  • 1982 : concerts en Suède (mars), en Amérique Centrale (Septembre)
  • 1983 : 1ère tournée aux Etats-Unis en octobre-novembre : Chicago, New York (Carnegie Hall), Washington, Los Angeles, Michigan, Boston, passage au Canada (Toronto), puis séjour en Colombie.
  • A l'occasion de la tournée aux Etats-Unis, reçoit fin 1983 le Diplome d'honneur du Conseil Interaméricain de Musique de la OEA (Washington).
  • Début 1984, son agent chez Le Chant du Monde lui annonce qu'il aura effectué fin mars 300 concerts en France depuis son arrivée en 1968.
  • Israël en septembre 1984, Portugal en mars 1985, Pérou en novembre 1986, Pays-Bas en décembre 1987.
  • Reçoit le Prix Konex en 1984 et 1985
  • Le 6 mars 1986, reçoit en France de Jack Lang, Ministre de La Culture, le titre de Chevalier des Arts et des Lettres.
  • Récital à l'Olympia du 9 au 11 janvier 1987.

1989-1992

Encore en tournée à plus de 80 ans

  • Décès de son épouse Nenette le 14 novembre 1990
  • Festival de Cosquín : remise d'un prix par Julio Marbiz en 1989, courte participation en 1990
  • Juin 1989 : présentation de "La Parole Sacrée" à Nanterre dans le cadre du bicentenaire de la Révolution Française.
  • Tournée (mal organisée) au Mexique, Colombie, Porto Rico et Saint-Domingue en aout-septembre 1989.
  • Pérou et Mexique en 1990
  • Dernier concert en Argentine le 15 juillet 1990 à Rosario (Santa Fé), dans l'auditorium de la Fondation Astengo
  • Théâtre de la Ville à Paris le 22 août 1989 puis le 26 novembre 1990, quelques jours après le décès de Nenette
  • Le 3 novembre 1989, est désigné Citoyen d'Honneur de Rio Tercero en Argentine
  • Le 18 septembre 1990, reçoit le titre de Docteur Honoris Causa de l'Université de Córdoba, Argentine
  • Reçoit en 1991 le titre de Citoyen Illustre de la Ville de Buenos Aires
  • Concert aux Pays-Bas en avril 1991
  • Concert à Berlin fin janvier 1992 puis à Zurich en février (avec Angel Parra)
  • Conférences/échanges avec 1000 jeunes étudiants à Tucumán du 2 au 5 avril 1992 (organisées par le Cerpacu)
  • Sortie du 9ème et dernier livre : "La Capataza", à Buenos Aires. Séance de dédicace le 18 avril 1992 à la Foire du Livre de Buenos Aires.

23/05/1992

Décès à 84 ans

  • Atahualpa Yupanqui se rend à Nimes avec sa grande amie Jacqueline Rossi en mai 1992 pour participer à un hommage qui lui est rendu au "Titoit de Titus". Se sentant mal, il retourne avec Jacqueline à l'hôtel. Il décède dans la nuit du 22 au 23 mai 1992.
  • Son corps sera rapatrié en Argentine et ses cendres enterrées dans le jardin de sa maison de Cerro Colorado.
  • Sortie en 1992 du coffret de 5 CD "L'Intégrale" reprenant la quasi-totalité des enregistrements Chant du Monde de 1968 à 1981.
  • En 1993 sortira au Japon le coffret de 9 CD, la "Magia de Atahualpa Yupanqui" avec la quasi-totalité des enregistrements Odeon Argentine.
  • Le 13 mai 1994, un hommage est rendu à Atahualpa Yupanqui et Gabriella Mistral à L'Olympia de Paris, avec la participation de nombreux basques, de Paco Ibañez et de Jacqueline Rossi.

Home